L'heure du thé avec Yami

L'heure du thé avec Yami

La fin d'une aventure...

Bonjour ! 

De retour pour vous parler un peu de moi, et par la même occasion expliquer cette longue absence.

Bon alors par où commencer... Je suis scolarisée à domicile depuis 7 ans.

 

J'ai commencé une vie scolaire classique, je suis allée à la maternelle en publique, puis en primaire dans une école privée. J'ai fait les deux premières années, et puis à la fin du CE1, ma mère m'a proposé d'essayer autre chose, de ne plus aller à l'école. 

Au début je faisais preuve de scepticisme, je m'inquiétais surtout de ne plus voir mes ami(e)s si je restais chez moi... Mais j'ai dit oui ! Et sans le savoir, je me suis embarquée dans une grande aventure, probablement la plus grande aventure de ma vie jusqu'à présent.

 

Fin du préambule, passons à la pratique. J'ai commencé ma première année avec des cours par correspondance. J'avais un rythme très scolaire, n'étant habituée qu'à ça, c'était plutôt normal. Ma mère a contacté un groupe d'enfants non-scolarisés, je me suis fait de nouveaux amis, on faisait des sorties pédagogiques, du jardinage, des pique-niques, c'était super cool.

 

Au fil des années mon rythme est devenu moins scolaire, j'ai arrêté les cours par correspondance pour me tourner vers les apprentissages auto-gérés, c'est à dire sans programme prédéfinis et imposé, et en privilégiant les matières qui m'attiraient. Je commençais à avoir de plus en plus d'autonomie, organisant moi-même mes journées, jusqu'à ce que je devienne parfaitement autonome dans mon travail à l'âge de 10 ans (donc en CM2). Il faut savoir qu'au début je désirais retourner "dans le système" en 6ème, mais je me suis rendue compte qu'être à la maison me convenait parfaitement, et j'ai remarqué un décalage au niveau de la façon d'être et des centres d'intérêt avec les autres enfants de mon âge,  alors j'y ai renoncé. 

 

Mais je m’apprêtais à entrer dans les années les plus difficiles. En effet, il n'y a pas que des hauts... Le soucis quand on travaille en autonomie c'est qu'il n'y a personne derrière nous pour nous pousser, on doit se motiver sois-même, et ce n'est pas forcément facile. J'ai fais les frais de ces difficultés, pendant une année.

 

Il y a aussi les inspections académiques qui se sont corsées à partir de la 6ème ; à part celle de 2016 elles se sont toutes très mal passées, car notre inspectrice académique était une vache haineuse qui était totalement contre l'instruction en famille, et qui faisait tout pour me déstabiliser, m'humilier, me rabaisser, enfin bref tout pour me pousser à croire que je ne valais rien. Heureusement, l'inspection académique, cette année nous a proposé de changer d'inspectrice, et tout s'est beaucoup mieux passé ! Une inspection respectueuse de mes apprentissages, ça m'a redonné confiance en moi, et un regard plus optimiste sur la suite.

 

Et c'était quoi "la suite" ? : Et bien comme en 7 ans j'ai eu le temps de découvrir l’expérience qu'est l'instruction en famille, de l'apprécier, de parfois la détester, d'en profiter, d'en faire le tour, l'été dernier j'ai décidé d'entrer au lycée. Ou du moins de tenter de faire ce qu'il faut pour.

 

La 3ème a été l'année la plus décisive de toute ma déscolarisation. J'ai visité des lycées, lu des témoignages d'adolescents, je me suis préparée, et surtout attendu.

Voyez-vous, on entre pas au lycée comme ça : il faut obtenir des examens qui "confirment" que tu as le niveau nécessaire, et pour pouvoir passer ces examens il faut avoir le rapport de l'inspection académique. Sauf que ce dernier a mit énormément de temps à arriver, ce qui a tout repoussé car tant que je n'avais pas mes examens je ne pouvais pas m'inscrire, ni choisir mes options, en fait je ne pouvais rien faire.

 

Finalement au bout de 2 mois, on a reçu les dates (parce que c'était sur deux jours) des examens d'entrée au lycée. Et les deux semaines que j'ai eu de disponible avant la deadline, je les ai passé à réviser. Bon j'vous cache pas qu'au bout d'un moment on sature un peu...

 

giphy (1).gif

Mais mes efforts ont payé, car je les ai obtenus avec une bonne moyenne. Plus de doute, qu'importe le lycée, on était obligé de m'accepter ! Avec mes résultats, j'ai enfin pu postuler pour l'établissement de mon choix, et bien qu'initialement je désirais apprendre le Russe, comme il n'y avait plus de place j'ai récemment été acceptée en LV3 Italien.*Yeeha*

 

~

 

Mais je ne me suis pas relâchée, car qui dit 3ème, dit brevet des collèges. Encore une fois j'ai eu deux semaines pour me préparer, que j'ai passées de la même manière, à réviser. 

 

Le brevet des candidats libres (personnes indépendantes d'un établissement) se passe sur trois jours, et non sur deux comme pour les autres adolescents. Comme nous ne disposons pas de contrôle continu, nous avons quelques épreuves (néanmoins coefficient 1) pour rattraper des points ; à l'inverse de certains qui grâce à leur moyenne avaient déjà leur brevet d'office, nous avons dû faire nos preuves sur 3 jours, ce qui était très stressant. Mais je m'en suis bien sortie, j'ai eu mon brevet mention "assez bien". 

 

L'école à la maison est une formidable expérience humaine, qui m'a apportée beaucoup de choses, m'a aidée à m'épanouir comme je le souhaitais. Comme j'ai l'âme métaphorique, je dirais que je me sens comme une plante à laquelle on a donné l'opportunité de grandir en pleine nature au lieu de la mettre sur le balcon.

*Ô que c'est poétique*

 

Sept années de grande aventure, de découvertes, de bonheur et de galères, clôturées par de beaux résultats, qui nous prouvent que l'école n'est pas la seule solution.

Tout est une question de détermination ; si l'on s'en donne les moyens, il n'y a pas de raisons de ne pas y arriver. 

 

Si tu es arrivé jusque là je t'en remercie BEAUCOUP, faire cet article me tenait vraiment à cœur. 

L'année prochaine sera pleine de nouveautés pour moi, j'en suis aussi excitée que j'en ai peur... Mais cette année de déscolarisation était bel et bien la dernière, pas de retour en arrière ! Je suis très fière d'être arrivée jusque là, d'avoir cloué le bec à ceux qui n'avaient pas confiance en moi (Ah que coucou Mme. L'inspectrice !), qui mettaient en doute les choix éducatifs de mes parents.

 

Une aventure se termine peut-être, mais une autre commence dès le 1er septembre...

Yami ☕



25/07/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres